• Fanny - Nature Spells

Forêts : pourquoi elles restent souvent inexplorées

Dernière mise à jour : sept. 12

La forêt a longtemps été considérée comme un lieu à éviter, voire maudit. La religion n'y était pas étrangère mais reste qu'aujourd'hui, pour certains de nos contemporains, la forêt peut être un lieu inquiétant.

un sous-bois épais

Pourtant, dans l'imaginaire collectif, on trouvera en forêt la fraîcheur, une nature belle et propre, on entendra le chant des oiseaux... On s'y rendra pour se ressourcer, s'aérer, se défouler dans un cadre verdoyant. Mais à la vérité, si on pénètre réellement au cœur de la forêt, il y règne une ambiance presque mystique : il y fait sombre, les végétaux prennent des formes parfois étranges, des bruits indéterminés peuvent provoquer quelque effroi pour qui ne sait pas les identifier.


Cette inimitié est bien connue des forestiers. Il suffit d'aménager un beau chemin et de l'entretenir pour être à peu près sûrs que le public ne fera que l'emprunter et ne s'aventurera pas au cœur de la forêt.


J'ai visité des "réserves intégrales", ces zones où aucune action de gestion quelle qu'elle soit n'est entreprise, où il n'est en soi rien permis de faire : comme une mise sous cloche, la Nature est seule à l’œuvre. Ces zones ne sont bien sûr surtout pas indiquées sur le plan d'accès de la forêt. Mais rien non plus ne permet d'identifier leur emplacement : pas de panneau d'indication, ni même d'interdiction, une fois arrivé à la zone en question. Et les gestionnaires des lieux le confirment : personne ne s'intéresse de lui-même à ces espaces ni même ne s'y rend.

"J'ai pris soin de ne pas m'éloigner du sentier, mais je sais qu'il ne durera pas : bientôt, j'avancerai dans un territoire où les êtres humains ne s'aventurent pas." Alcyde (Ysambre - Le Monde Arbre, Mickaël Ivorra et Séverine Pineaux)

un sentier en forêt bien entretenu

Lorsque je me rends au cœur de la forêt, en dehors des chemins et que je suis toute proche de retomber sur un autre sentier, j'entends parfois des gens arriver. Je m’immobilise et j'observe : bien que tout à fait visible, je n'ai jamais été repérée. La plupart des gens regardent où ils posent les pieds et n'observent autour d'eux que si l'horizon se dégage sur une vue plus lointaine ou pour repérer l'origine d'un son. La forêt est tout juste traversée. Je ne doute pas qu'elle apporte sérénité et bien-être même dans ces circonstances, mais elle n'est qu'un décor jamais exploré.

"J'ai entraperçu une Sylphe, cette créature légendaire qui hante tous les mythes d'Ysambre. Silencieuse et élancée, elle se confondait presque avec les arbres. C'est un mouvement de sa tête qui m'a dévoilé sa présence." Maître Nimh (Ysambre - Le Monde Arbre, Mickaël Ivorra et Séverine Pineaux)

Lorsqu'on quitte le sentier (dans les lieux où c'est permis, ce qui n'est pas toujours le cas), on peut être freiné par quelques branches, des ronces : l'effet de lisière apporte plus de lumière, créant presque une barrière. Mais une fois celle-ci passée, l'évolution se fait généralement plus libre. Vous récolterez peut-être quelques toiles d'araignée sur votre passage (ça surprend toujours !) mais dites-vous que le plus embêtant sera pour l'araignée, et que c'est bien la preuve que vous êtes le(la) seul(e) à vous être aventuré(e) par là depuis longtemps.

plan rapproché d'une toile d'araignée complexe

"La lisière de la forêt est un véritable piège : lianes étrangleuses, fleurs tsé-tsé... Mais passée la première barrière, la forêt n'oppose plus de résistance, comme si elle acceptait l'envahisseur. Étrange..." Maître Nimh (Ysambre - Le Monde Arbre, Mickaël Ivorra et Séverine Pineaux)

Ce grincement, bien audible et ô combien inquiétant, qui se répète parfois, dont on ne saurait situer l'origine, ni animale et loin du bruissement des feuilles... ce grincement est généralement issu du frottement de deux branches ou de deux arbres, qui jouent cette partition depuis des mois voire des années. Un jour peut-être, à force d'avoir usé l'écorce l'un de l'autre, ils fusionneront au point de contact. Ils prendront ensemble une forme qui pourra sembler déroutante au premier abord, mais ne raconte-t-elle pas une histoire des plus poétiques ?


A la vérité, on a toujours peur... de ce que l'on ne connaît pas. Et lorsqu'on lève les voiles de l'ignorance, un monde nouveau s'ouvre à nous.

0 commentaire